CEA
CNRS
Univ. Paris-Saclay

Service de Physique de l'Etat Condensé


31 mai 2006
Jean-Jacques Benattar, Michael Nedyalkov et Fuk Kay Lee (DRECAM/SPEC)

Le développement de matériaux et de composants nanostructurés connaît aujourd'hui un essor considérable en raison de leurs propriétés particulières (nouvelles propriétés physiques ou chimiques, miniaturisation, stockage de l'information). Cependant la réalisation de ces nanostructures n'est pas une affaire simple, la première difficulté étant de manipuler la matière à l'échelle atomique. Pour ceci, on tire souvent parti de l'organisation spontanée de la matière comme lors de simples dépôts. Mais la réalisation d'architectures atomiques, même élémentaires, reste le plus souvent un défi et il faut beaucoup d'ingéniosité pour imaginer de nouvelles voies, simples et efficaces, qui permettront d'atteindre ce stade ultime de la miniaturisation. Il est ici proposé d'utiliser toutes les potentialités d'organisation de la matière dans la couche extrêmement fine constituant la paroi d'une bulle de savon.

Nous avons tous observé les reflets changeants des irisations des bulles de savon qui traduisent les variations d'épaisseur du film. Après drainage de la totalité de l'eau, cette paroi forme un film libre bi-moléculaire de tensioactifs, appelé aussi film noir car son épaisseur moléculaire ne lui permet plus de réfléchir la lumière. Ces systèmes sont bien définis et très organisés. Au delà des premières études de leurs propriétés macroscopiques, les découvertes récentes montrent le fort potentiel d’auto-organisation des molécules tensioactives qui permet la construction d’assemblages aux propriétés variées.

 

Retour en haut