| | | | | | | webmail : intra-extra| Accès VPN| Accès IST| Contact
Univ. Paris-Saclay

Faits marquants scientifiques 2015

09 janvier 2015

Les faisceaux laser permettent d'explorer la matière par divers type de spectroscopies de lumière (en émission ou absorption) ou électronique (par photoionisation, résolue en angle et/ou en énergie). Les signaux obtenus dépendent des caractéristiques de la lumière (longueur d'onde, polarisation et intensité) et suivent les règles de sélection, imposées par les règles de la mécanique quantique.

La collaboration de chercheurs, rassemblés autour de la chaine laser Aurore du CELIA à Bordeaux, vient de montrer qu'il est possible d'obtenir des impulsions laser femtoseconde (10-15 s) polarisées circulairement, par génération d'harmonique d'ordre élevé dans du SF6. Ceci ouvre la voie à de nouvelles spectroscopies, utile en chimie physique ou biologie (étude de molécules chirales) ou encore en physique du solide (surface et couches minces magnétiques). Ceci est illustré par l'observation du dichroïsme dans l'émission électronique par photoionisation de la molécule chirale de fenchone (essence polycyclique).

29 septembre 2015

Après 30 années d'efforts de recherche, l'origine de la supraconductivité à haute température reste un des grands défis d'aujourd'hui en physique du solide. Les supraconducteurs à haute température sont plutôt de mauvais conducteurs électriques à la température ambiante. Refroidis, et avant de devenir supraconducteurs, ils forment une "phase pseudogap", où la conduction électrique est assez particulière, et orientée selon des directions préférentielles. En dessous de la température critique, facilement accessible à l'aide d'azote liquide, la résistivité électrique du matériau dans son ensemble s'annule et le matériau est supraconducteur.

La présente étude par diffusion de neutrons polarisés, réalisée par une collaboration de chercheurs du LLB et de l'ILL, publiée dans Nature Communications, apporte des informations complètes et  consistantes sur les propriétés de la phase pseudogap dans le composé YBa2Cu3O6.85, de composition proche du dopage optimal, correspondant au maximum de température critique pour la phase supraconductrice.

 

Retour en haut