5 sujets /NIMBE/LIONS

Dernière mise à jour : 19-08-2022


 

Développement d'un dispositif microfluidique pour l'analyse de l'accumulation massive de mutations dans des conditions normales et mutagènes

SL-DRF-22-0484

Domaine de recherche : Biotechnologie, biophotonique
Laboratoire d'accueil :

Service Nanosciences et Innovation pour les Materiaux, la Biomédecine et l’Energie (NIMBE)

Laboratoire Interdisciplinaire sur l’Organisation Nanométrique et Supramoléculaire (LIONS)

Saclay

Contact :

Florent Malloggi

Julie SOUTOURINA

Date souhaitée pour le début de la thèse : 01-09-2022

Contact :

Florent Malloggi
CEA - DSM/IRAMIS/NIMBE/LIONS

+3316908 6328

Directeur de thèse :

Julie SOUTOURINA
CEA - DRF/JOLIOT/SBIGeM/LTG

01 69 08 54 13

Page perso : https://iramis.cea.fr/nimbe/Pisp/florent.malloggi/

Labo : https://iramis.cea.fr/nimbe/lions/

Les mutations de l'ADN ont des conséquences de grande ampleur, de l'évolution au vieillissement et aux maladies. Les dysfonctionnements dans la réparation et la transcription de l'ADN, ainsi que l'exposition aux mutagènes, peuvent augmenter le taux de mutations. On comprend encore mal comment la relation complexe entre la transcription et la réparation de l'ADN influence les processus de mutation. Les organismes modèles et les expériences d'accumulation de mutations (MA) sont les standards pour étudier la mutagenèse. Malheureusement, les expériences de MA sont très longues (6-12 mois) et fastidieuses (intervention humaine toutes les 48 heures) réduisant le nombre de lignées cellulaires et de paramètres étudiés.



L'objectif de cette thèse interdisciplinaire est d'améliorer notre compréhension des processus mutationnels en développant une plateforme microfluidique qui réduit drastiquement le temps des expériences et l'intervention humaine. Avec une telle plateforme, nous ouvrons la voie à une accumulation massive de données qui comblera les lacunes dans la compréhension des processus mutationnels liés aux maladies graves et dans l'identification des composés mutagènes.
Analyse de biomarqueurs gazeux

SL-DRF-22-0372

Domaine de recherche : Chimie analytique
Laboratoire d'accueil :

Service Nanosciences et Innovation pour les Materiaux, la Biomédecine et l’Energie (NIMBE)

Laboratoire Interdisciplinaire sur l’Organisation Nanométrique et Supramoléculaire (LIONS)

Saclay

Contact :

Marie GELEOC

Jean-Philippe RENAULT

Date souhaitée pour le début de la thèse :

Contact :

Marie GELEOC
CEA - DRF/IRAMIS/LIDyL/SBM


Directeur de thèse :

Jean-Philippe RENAULT
CEA - DRF/IRAMIS/NIMBE/LIONS

01 69 08 15 50

Page perso : https://iramis.cea.fr/Pisp/marie.geleoc/

Labo : https://iramis.cea.fr/nimbe/lions/

Voir aussi : https://iramis.cea.fr/Phocea/Membres/Annuaire/index.php?uid=jrenault

Nous proposons dans le cadre de cette thèse "Focus CEA biomarqueurs" de développer l’étude des biomarqueurs gazeux, grâce la spectrométrie de mobilité ionique. Il s’agit en particulier de suivre les composés organiques volatiles produits par les cellules avec une variété et une sensibilité suffisante pour pouvoir analyser rapidement et sans contact leur fonctionnalité biologique.
Capture du CO2 atmosphérique avec des nanofluides

SL-DRF-22-0653

Domaine de recherche : Matière ultra-divisée, physico-chimie des matériaux
Laboratoire d'accueil :

Service Nanosciences et Innovation pour les Materiaux, la Biomédecine et l’Energie (NIMBE)

Laboratoire Interdisciplinaire sur l’Organisation Nanométrique et Supramoléculaire (LIONS)

Saclay

Contact :

Christophe FAJOLLES

David CARRIÈRE

Date souhaitée pour le début de la thèse : 01-10-2021

Contact :

Christophe FAJOLLES
CEA - DSM/IRAMIS/NIMBE/LIONS

01 69 08 99 60

Directeur de thèse :

David CARRIÈRE
CEA - DRF/IRAMIS/NIMBE/LIONS

0169085489

Page perso : http://iramis.cea.fr/Pisp/david.carriere/

Labo : http://iramis.cea.fr/nimbe/lions/

Voir aussi : https://iramis.cea.fr/Pisp/christophe.fajolles/

L'une des voies fortement encouragées par le GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) pour maîtriser le dérèglement climatique est la capture du CO2 par des amines liquides, suivie de la récupération du gaz et son stockage souterrain profond. Mais un problème essentiel rend le procédé actuellement inefficace: la récupération du CO2 doit se faire par chauffage et est trop énergivore.



Dans ce contexte, cette thèse étudiera comment l'ajout de nanoparticules améliore la récupération du CO2 des amines liquides. Ces "nanofluides" ont une efficacité reconnue, mais il y a peu d'indications sur la façon d'atteindre une composition appropriée, et aucun consensus sur le mécanisme qui faciliterait la libération du CO2 gazeux.



L'objectif de cette thèse est de proposer des lignes directrices rationnelles qui mèneront à la meilleure combinaison nanoparticule + amine liquide, remplaçant les approches actuelles d'essai-erreur. Il faudra donc étudier comment la surface des nanoparticules 1) active la réaction chimique de libération, et 2) facilite le processus physique de nucléation des bulles gazeuses.
Modelisation de l'interface plastique protéine

SL-DRF-22-0363

Domaine de recherche : Matière ultra-divisée, physico-chimie des matériaux
Laboratoire d'accueil :

Service Nanosciences et Innovation pour les Materiaux, la Biomédecine et l’Energie (NIMBE)

Laboratoire Interdisciplinaire sur l’Organisation Nanométrique et Supramoléculaire (LIONS)

Saclay

Contact :

Jean-Philippe RENAULT

Yves BOULARD

Date souhaitée pour le début de la thèse : 01-12-2022

Contact :

Jean-Philippe RENAULT
CEA - DRF/IRAMIS/NIMBE/LIONS

01 69 08 15 50

Directeur de thèse :

Yves BOULARD
CEA - DRF/JOLIOT/I2BC/

+33 169083584

Page perso : https://iramis.cea.fr/Phocea/Membres/Annuaire/index.php?uid=jrenault

Labo : https://iramis.cea.fr/nimbe/lions/

Les plastiques vont, dans ces prochaines années, avoir un impact climatique et environnemental majeur. Il est donc nécessaire, dès maintenant, de pouvoir en comprendre les mécanismes de dégradation pour pouvoir proposer des stratégies de recyclage/remédiation innovantes et efficaces. Nous proposons plus spécifiquement dans cette thèse de développer des moyens numériques permettant de décrire l’interface entre les plastiques et le milieu naturel, et en particulier son évolution lors de la biodégradation du plastique en présence de protéines
Transitoires liquides de la cristallisation en solution: test expérimental des théories de la nucléation.

SL-DRF-22-0654

Domaine de recherche : Matière ultra-divisée, physico-chimie des matériaux
Laboratoire d'accueil :

Service Nanosciences et Innovation pour les Materiaux, la Biomédecine et l’Energie (NIMBE)

Laboratoire Interdisciplinaire sur l’Organisation Nanométrique et Supramoléculaire (LIONS)

Saclay

Contact :

Corinne CHEVALLARD

David CARRIÈRE

Date souhaitée pour le début de la thèse : 01-11-2022

Contact :

Corinne CHEVALLARD
CEA - DRF/IRAMIS/NIMBE/LIONS

01-69-08-54-89

Directeur de thèse :

David CARRIÈRE
CEA - DRF/IRAMIS/NIMBE/LIONS

0169085489

Page perso : http://iramis.cea.fr/Pisp/david.carriere/

La cristallisation en solution est à la base de la fabrication d’une multitude de matériaux et nanomatériaux d’intérêt pratique (optique, catalyse, biomarquage, énergie etc.). Ceci explique le besoin de sélectionner les théories qui décrivent correctement l’émergence des cristaux à partir d’ions en solution, et en particulier qui prennent en compte l’apparition fréquente de nanogouttes enrichies en ions qui se séparent du solvant.



Or, il existe différentes approches théoriques qui traitent ces nanogouttes de réactifs comme des transitoires non-cristallins. Mais ces approches concurrentes n’ont pas encore été validées expérimentalement, notamment à cause de difficultés expérimentales majeures : il faut caractériser la nature, le nombre et la taille des objets aux échelles nanométriques dans une gamme de temps entre la microseconde et la minute après mélange des réactifs.



L’objectif de cette thèse est donc de confirmer / infirmer expérimentalement que les théories actuelles décrivent correctement tout le processus de cristallisation de matériaux à base de terres rares. L’originalité de ce travail réside en 1) l’utilisation de techniques de microfluidique sur source synchrotron qui rend possible ces caractérisations réputées difficiles 2) la confrontation entre les observables expérimentales et les théories de la nucléation, des plus classiques aux plus récentes.

• Biotechnologie, biophotonique

• Chimie analytique

• Matière ultra-divisée, physico-chimie des matériaux

 

 

Retour en haut