Hommage à Bertrand Carré

Hommage à Bertrand Carré

C’est avec une grande émotion que nous apprenons la disparition de notre collègue et ami Bertrand Carré. Il s’est battu avec un courage impressionnant contre la grave maladie diagnostiquée en juillet 2016. Jusqu’à ces jours derniers, il continuait à travailler, venant régulièrement au laboratoire et participant à un certain nombre de réunions qui engageaient le collectif au niveau de l’Université Paris Saclay.

En effet, le mot "collectif" n’est pas vain pour Bertrand. On peut aussi lui associer le mot "bienveillance" et c’est en s’appuyant sur ces deux valeurs qu’il a mené toute sa carrière avec une modestie qui pouvait parfois étonner, tant elle semblait injustifiée au regard de ses accomplissements.

Bertrand restera pour nous un grand Monsieur. Scientifique hors pair, membre élu du Conseil Académique de l’Université Paris-Saclay, il a contribué, infatigable, à de multiples conseils (département PHOM, école doctorale EDOM), conseils scientifiques (synchrotron Soleil), comités de pilotage (RTRA Triangle de la Physique, Laboratoire d’Excellence PALM), comités de recrutements nationaux et internationaux…

Bertrand entre à l’Ecole Polytechnique en 1975 et poursuit par un DEA de Physique de l’Université Paris-Sud. Il commence alors sa thèse au sein du Service des Physique des Atomes et des Surfaces (SPAS) de la Direction de la Recherche Fondamentale (DRF) du CEA à Saclay. Ses premiers travaux portent sur l’ionisation - induite par laser - de métaux alcalins en phase gaz, en collaboration avec Gérard Spiess. Après sa soutenance, en 1986, il poursuit ses travaux avec François Gounand sur la spectroscopie des systèmes à plusieurs électrons actifs au sein du SPAS (bientôt renommé SPAM - Service des Photons, Atomes et Molécules) en collaboration avec les équipes du LSAI (Laboratoire de Spectroscopie Atomique et Ionique)  et du  LURE (Laboratoire pour l'Utilisation du Rayonnement Electromagnétique).

 

En 1995, Bertrand se tourne vers le domaine émergent de l’interaction laser-matière en champ intense et succède à Anne L’Huilier, nommée Professeur à l’Université de Lund,  à la tête de l’équipe "Harmonique" du SPAM. Il mène alors, avec ses collègues Pascal Salières et Maciek Lewenstein, un ensemble d’études expérimentales et théoriques sur le mécanisme de génération d’harmoniques d’ordre élevé - observé pour la première fois à Saclay en 1987 – qui en révèlent les propriétés tout-à-fait remarquables. La caractérisation et l’optimisation de cette source de rayonnement extrême-UV cohérent et ultrabref ouvrent alors la voie à de multiples applications pionnières à l’échelle femtoseconde en phases gaz, condensée et plasma, que Bertrand avait très à cœur.

A partir de 2001, une nouvelle étape est franchie : en collaboration avec Pierre Agostini et Alfred Maquet, l’équipe effectue une série de travaux pionniers sur la caractérisation du rayonnement à l’échelle attoseconde, et bientôt ses premières applications à l’imagerie de paquets d’ondes électroniques ultrarapides. Cette forte impulsion initiale a été déterminante dans l’émergence de la science dite "attoseconde", discipline maintenant partagée au niveau mondial par une bonne cinquantaine de groupes en Europe, en Asie et en Amérique. L’engouement est tel que, malgré sa modestie mais sous la pression amicale de ses collègues, il décide en 2008 de changer le nom du groupe : "Dès lors, nous nous appellerons le groupe ATTOPhysique[1]! ».

Sur cette lancée et cette renommée maintenant internationale, il décide en 2011, de donner une nouvelle impulsion. Celle-ci s’avèrera majeure quant à la structuration, au niveau de l’Université Paris-Saclay, de l’importante communauté scientifique travaillant sur la dynamique des processus ultra-rapides. Il a ainsi été l’architecte puis le coordinateur du Programme Equipement d’Excellence ATTOLAB. Inauguré en Février 2017, cet ensemble de trois plateformes expérimentales, qui fédère 9 laboratoires [2] , positionne la recherche française dans le domaine de "l’ultra-bref" au meilleur niveau mondial.

Collectif, modeste et bienveillant, tel était notre ami Bertrand, exceptionnel par ses capacités scientifiques comme par ses qualités humaines. Sa profonde humanité, bâtie sur une très large culture, a touché tous ceux qui le rencontraient. Il demeure pour nous un exemple.


[1] Groupe ATTOPhysique : Thierry Auguste, Marc Billon, Willem Boutu, Pierre Breger, Christian Cornaggia, Hamed Merdji, Thierry Ruchon, Pascal Salières, et Bertrand Carré.

[2]  Les 9 laboratoires de l'EQUIPEX ATTOLab :

 

Maj : 12/03/2018 (2834)

Retour en haut