CEA |   |   |   |   |   |   | webmail : intra - extra |  Accès VPN-SSL | Contact | English
 /
Etude expérimentale d'une longueur de corrélation dynamique à la transition vitreuse
 
IRAMIS-SPEC
Mercredi 23/09/2009, 14h30
INSTN, Amphi J. Horowitz, CEA-Saclay

De nombreux liquides ne cristallisent pas lorsque la température diminue. Leur viscosité augmente énormément et ils se figent en un verre, solide désordonné. Ce phénomène est encore mal compris. Le scénario des hétérogénéités dynamiques de la transition vitreuse suppose que les mouvements des molécules sont corrélés sur des zones de plus en plus vastes lorsque la température diminue, comme dans une transition de phase. Ceci n'avait encore jamais été mesuré dans les liquides surfondus.

Deux méthodes basées sur les mesures de susceptibilité linéaire et non-linéaire ont été proposées pour sonder ces corrélations. Nous avons développé une expérience pour mesurer ces susceptibilités diélectriques. La mesure de la susceptibilité non-linéaire nécessite un dispositif original car le signal recherché est extrêmement faible.

Nos mesures montrent que le nombre de molécules corrélées croît lentement lorsque la température diminue. La dépendance en fréquence de la réponse non-linéaire suit une courbe maîtresse qui a pu être comparée à différents modèles. Ces résultats expérimentaux originaux rapprochent la transition vitreuse des phénomènes critiques.

Mots clés : Transition vitreuse, liquide surfondu, hétérogénéités dynamiques, corrélation dynamique, susceptibilité diélectrique, mesures non-linéaires


Contact : Sawako NAKAMAE

 

Retour en haut