CEA |   |   |   |   |   |   | webmail : intra - extra |  Accès VPN-SSL | Contact | English
Faisabilité expérimentale et fonctionnement de cellules photovoltaïques en couches minces à base de silicium nanostructuré et de polymères semiconducteur.
Pierre-Jean ALET
SPCSI/LCSI
Vendredi 14/11/2008, 14h00
Amphi. Becquerel, École Polytechnique, Palaiseau,
Manuscrit de la thèse sur TEL Manuscrit de la thèse sur PASTEL Faisabilité expérimentale et fonctionnement de cellules photovoltaïques en couches minces à base de silicium nanostructuré et de polymères semiconducteur. Cette thèse présente un travail exploratoire sur des cellules solaires hybrides, basées sur un matériau inorganique (le silicium) et un polymère (le P3HT). Cette structure a été imaginée pour améliorer les cellules à bas coûts à base de matériaux organiques. Nous démontrons ici sa faisabilité expérimentale et analysons son fonctionnement. L’hétérojonction entre le silicium et le P3HT a été étudiée sur des dispositifs en bicouches planes. Nous montrons que, éclairée, elle fournit de l’énergie électrique et que les deux matériaux peuvent contribuer au photocourant. Des rendements de conversion de 1,6% ont été obtenus sur des dispositifs optimisés. Ils sont parmi les meilleurs publiés pour des cellules hybrides. Un effort constant a aussi été fait pour simplifier et fiabiliser les procédés de fabrication. Deux nouveaux types de silicium nano-structuré ont été développés. Premièrement, des “nano-éponges”, dont les domaines ont une taille typique de 20 nm, ont été obtenues à l’aide de catalyseurs métalliques par dépôts assistés par plasma à 175 °C. Deuxièmement, des nanofils de silicium ont été formés par un procédé inédit : les substrats sont des oxydes transparents conducteurs, les catalyseurs sont générés in situ et la température de croissance est inférieure à 300 °C. La phase cristalline würtzite (Si-IV) a été mise en évidence dans certains fils, et divers modes de croissance ont été observés. Ces deux nouveaux types de couches minces pourront aussi être utilisés dans des cellules solaires inorganiques. La présentation sera en anglais.
Experimental feasibility and performance of thin-film solar cells based on nano-structured silicon and semiconducting polymer. This thesis presents an exploratory work on a new design of hybrid solar cells, which are based on a junction between an inorganic material (silicon) and a polymer (P3HT). This structure is intended to improve the efficiency of organic based solar cells while maintaining low costs. Here, we investigate its experimental feasibility, and we analyze its performance. The hetero-junction between silicon and P3HT has been studied on bilayer devices. We have shown that this junction generates electrical power under illumination, and that both silicon and P3HT can contribute to the photocurrent. Power conversion efficiencies up to 1.6% have been obtained. A large amount of work has been done to simplify the fabrication process and to improve its reliability. Two new nano-structured silicon layers have been developed. “Nano-sponge” layers, where the typical dimension of domains is 20 nm, have been obtained by metal-catalyzed plasmaenhanced CVD at 175 °C. Silicon nanowires have been grown through a completely new process: the substrates are transparent conductive oxides, the catalysts are generated in situ, and the growth temperature is below 300 °C. The würtzite (Si-IV ) phase has been identified in some wires, and various growth modes are observed. Both kinds of layers may also find applications in inorganic solar cells. The talk will be in English
Contact : Serge PALACIN

 

Retour en haut