| | | | | | | webmail : intra-extra| Accès VPN| Accès IST| Contact | English
Univ. Paris-Saclay
Susceptibilité locale et aimantation du site atomique : d’une idée à la pratique. Partie 2
Isabelle Mirebeau
LLB
Mardi 16/02/2010, 14:30
LLB - Bât 563 p15 (Grande Salle), CEA-Saclay

Dans les composés géométriquement frustrés de type pyrochlores, des mesures effectuées sur quatre composés (R=Ho, Tb, Yb, Er) ont mis en évidence une anisotropie soit planaire (Er, Yb), soit axiale (Tb, Ho). L'essentiel des variations thermiques de la susceptibilité s'explique par le schéma de champ cristallin, déterminé indépendamment par diffusion inélastique de neutrons. Pour expliquer complètement la susceptibilité mesurée, il faut introduire dans un modèle de champ moléculaire, une interaction d'échange et /ou dipolaire. De façon surprenante, c'est aussi une grandeur tensorielle, c'est-à-dire anisotrope. Un nouvel élément à prendre en compte dans la théorie !

Contact : Alain MENELLE

 

Retour en haut