| | | | | | | webmail : intra-extra| Accès VPN| Accès IST| Contact | English
Univ. Paris-Saclay

Projets 2017

14 novembre 2017


Le Projet "MESTREL*" est un projet financé par l'ANR par son programme "Laboratoires communs organismes de recherche publics – PME/ETI (LabCom V1) 2016".  Il a pour objet de créer un "Laboratoire de traitement de surface des métaux" en partenariat avec la PME PROTEC Industrie.

Les traitements actuels de surfaces des métaux à base de chrome hexavalent CrVI permettent d’assurer une fonction primaire d’adhésion pour les couches ultérieures de peintures et une fonction d’anticorrosion, d’où leur utilisation importante dans l’industrie de traitement des métaux. Cependant du fait de leur caractère toxique (produits CMR -cancérigène, mutagène et reprotoxique), leur utilisation est à présent proscrite et tolérée de manière dérogatoire dans certaines industries (aéronautique, off-shore,…) jusqu’en 2017. La grande majorité des traitements de substitution actuels remplace le CrVI par le CrIII, mais cette solution n’apporte pas entière satisfaction, notamment en ce qui concerne l’adhésion des peintures. Une alternative à base de traitements organiques, réside dans la technologie ‘sol-gel’. Elle présente cependant certains inconvénients, tels que la durée de vie avant mise en peinture (max 48h) ou l’impossibilité de ré-application sur elle-même (dans le cas de retouche de peinture).

Le projet MESTREL s’inscrit dans ce contexte. Il s’appuie sur la technologie SEEP (Surface Electroinitiated Emulsion Polymerization) brevetée par le partenaire académique (CEA). C’est un traitement organique de surface qui ne souffre pas des inconvénients précités du ‘sol-gel’. Sa première mise en œuvre par immersion de la pièce à traiter dans un bain aqueux contenant au moins un sel de diazonium conduit à un revêtement chimiquement greffé compatible avec les normes aéronautiques pour l’adhésion de peinture. Partant de ce savoir-faire, le projet a pour enjeu la mise au point d’un traitement générique de substitution au CrVI, par la formation d’un film organique, robuste et conférant à la surface métallique les propriétés de primaire d’adhésion (1er verrou) et d’anticorrosion (2ème verrou) sur la base de la technologie SEEP. Le projet MESTREL vise à rendre le procédé aisément industrialisable, donc peu coûteux, simple à mettre en œuvre (sans étape d’immersion) via un recours à des technologies de pulvérisation (3éme verrou). Ces trois axes seront menés en parallèle, avec pour objectif industriel la mise sur le marché de ces procédés.


* MESTREL : "MEtallic Surface TREatment Laboratory".

Le groupe PROTEC

Contact CEA : Guy Deniau (NIMBE/LICSEN)

Fiche ANR du projet.

26 octobre 2017
Couplage micro-fluidique digitale avec spectrométrie de masse à plasma à couplage inductif

Résumé :

Le projet Cleverest regroupe deux laboratoires du CEA Saclay, le NIMBE/LIONS de la DRF et le SEARS/LANIE du DEN. Les chercheurs plus particulièrement impliqués sont Florent Malloggi (LIONS), Elodie Barruet (LIONS), Valérie Geertsen (LIONS) et Laurent Vio (LANIE). Le projet a pour objectif de réaliser un couplage entre la microfluidique digitale (µDIG) et la spectrométrie de masse à plasma à couplage inductif (ICPMS) pour deux applications principales : le screening de molécules et l’analyse de nanoparticule unique. Il est financé par le Programme  Transversal de Compétences  "Instrumentation et détection" du CEA

DEN: Direction de l'energie Nucléaire, DRF: Direction d ela Recherche Fondamentale

19 juillet 2017
Caractérisation du devenir de nano-assemblages thérapeutiques dans un milieu biologique
Le projet de recherche Nanoprotection regroupe six laboratoires dont quatre du Labex NanoSaclay. Quatre chercheurs du LIONS sont impliqués: Frédéric Gobeaux, Jean-Philippe Renault, Fabienne Testard et Patrick Guenoun. Ce projet a pour but de développer une nouvelle approche thérapeutique par des nanoparticules squalénées pour traiter deux maladies neurodégénératives : la maladie de Charcot Marie Tooth 1A et les lésions dues à des traumatismes du plexus brachial.

 

19 juillet 2017
Caractérisation du devenir de nano-assemblages thérapeutiques dans un milieu biologique
Le projet de recherche Nanoprotection regroupe six laboratoires dont quatre du Labex NanoSaclay. Quatre chercheurs du LIONS sont impliqués: Frédéric Gobeaux, Jean-Philippe Renault, Fabienne Testard et Patrick Guenoun. Ce projet a pour but de développer une nouvelle approche thérapeutique par des nanoparticules squalénées pour traiter deux maladies neurodégénératives : la maladie de Charcot Marie Tooth 1A et les lésions dues à des traumatismes du plexus brachial.

 

07 février 2017
A very large cavity magnetic resonance spectrometer for innovative concepts and applications

Nuclear Magnetic Resonance is a powerful analytical tool that allows a wide variety of studies of matter, in all its forms. It involves very low energies and combines multi-scale properties for atomic and molecular analysis as well as macroscopic analysis of deep tissues. It suffers mainly from two defects: its lack of sensitivity and its inability to study large objects in a high magnetic field.

 

The acquisition of an NMR spectrometer/imager with a large cavity magnet will let more place in a high magnetic field and opens up new perspectives, such as:

 

  • NMR study of objects of centimeter size. The heart of the magnet will be able to accommodate samples of materials (carrots of cements, concretes) or measuring devices (rheology, for example) of a size that is relevant to the chosen application
  • Installation of devices such as optical pumping of noble gases (129Xe, 3He)
  • Study of objects under constraint(s) or in operando, requiring the implantation of devices of mechanical stress in situ.
  • Implementation of more efficient confining processes, enabling experiments under extreme conditions (temperature, pressure, radioactivity) to be carried out without sacrificing the volume of the sample or NMR measurement / imaging systems.

26 juillet 2017

Official WEB site of the Magenta H2020 - FET project.

Today, much of world’s consumed energy is lost to waste heat through all levels of human activity. For example, thermal loss consists 20 to 50 % of total energy consumption across different industrial sectors and as high as 60-70% in current gasoline and/or diesel powered. If even a small fraction of ‘waste-heat’ could be converted into more useful forms of energy (e.g., electrical, mechanical, etc.), it would result in tremendous savings to global energy consumption.

In the MAGENTA H2020 project (MAGnetic nanoparticle based liquid ENergy materials for Thermoelectric device Applications), we are developing brand new thermoelectric materials based on ionic ferrofluids; i.e., colloidal dispersions of magnetic nanoparticles in ionic liquids. It is an inter-disciplinary and cross-sector R&D project combining concepts and techniques from physics, chemistry and electrochemistry with an active participation from industrial partners. As its final products, MAGENTA will offer novel liquid thermoelectric materials that are versatile, cost-effective and non-toxic to assist the economically and environmentally sustainable energy transition in Europe.

 

 

Retour en haut