| | | | | | | webmail : intra-extra| Accès VPN| Accès IST| Contact | English
Univ. Paris-Saclay
Chemin d’énergie libre minimale en germination
 
LPMC (Polytechnique)
Jeudi 04/02/2016, 11:00-12:00
NIMBE Bat.127, p.26, CEA-Saclay

Un grand nombre de transition de phase du 1er ordre procède par germination et croissance d’une nouvelle phase. J.W. Gibbs fut le premier à formuler la thermodynamique de tels processus avec la théorie classique de la germination. Cette théorie fut ensuite affinée, développée puis contestée et naquirent les théories non classiques.
Depuis lors, les théories de germination font toujours débat, notamment parce que de récents résultats expérimentaux ont révélé que bien souvent les germes ou embryons critiques ont des propriétés différentes de la phase d’équilibre. Aussi, décrire la germination d’une nouvelle phase reste un défi, particulièrement quand on s’intéresse aux propriétés des germes sous- et sur-critiques. Cette difficulté vient du fait que la germination est un processus hors-équilibre et peut donc impliquer un grand nombre de degré de liberté. Ainsi, décrire un tel processus à l’aide d’un seul paramètre, appelé coordonnée de réaction, ou de quelques-uns, peut se révéler insuffisant. A l’aide de considérations purement énergétiques et de la méthode des cordes, on explorera l’espace des phases pour déterminer le chemin de transition le plus probable, et ce dans plusieurs contextes différents. On traitera des systèmes binaires, puis ternaires, en faisant le lien avec les théories classiques et non classiques. On décrira plusieurs résultats originaux, en n’omettant pas de mentionner les limites conceptuelles d’une telle approche.

Contact : Corinne CHEVALLARD

 

Retour en haut