CEA |   |   |   |   |   |   | webmail : intra - extra |  Accès VPN-SSL | Contact
 / 
 / 
Projet ANR LabCOM : MESTREL
logo_tutelle 


Le Projet "MESTREL*" est un projet financé par l'ANR par son programme "Laboratoires communs organismes de recherche publics – PME/ETI (LabCom V1) 2016".  Il a pour objet de créer un "Laboratoire de traitement de surface des métaux".

Les traitements actuels de surfaces des métaux à base de chrome hexavalent CrVI permettent d’assurer une fonction primaire d’adhésion pour les couches ultérieures de peintures et une fonction d’anticorrosion, d’où leur utilisation importante dans l’industrie de traitement des métaux. Cependant du fait de leur caractère toxique (produits CMR -cancérigène, mutagène et reprotoxique), leur utilisation est à présent proscrite et tolérée de manière dérogatoire dans certaines industries (aéronautique, off-shore,…) jusqu’en 2017. La grande majorité des traitements de substitution actuels remplace le CrVI par le CrIII, mais cette solution n’apporte pas entière satisfaction, notamment en ce qui concerne l’adhésion des peintures. Une alternative à base de traitements organiques, réside dans la technologie ‘sol-gel’. Elle présente cependant certains inconvénients, tels que la durée de vie avant mise en peinture (max 48h) ou l’impossibilité de ré-application sur elle-même (dans le cas de retouche de peinture).

Le projet MESTREL s’inscrit dans ce contexte. Il s’appuie sur la technologie SEEP (Surface Electroinitiated Emulsion Polymerization) brevetée par le partenaire académique (CEA). C’est un traitement organique de surface qui ne souffre pas des inconvénients précités du ‘sol-gel’. Sa première mise en œuvre par immersion de la pièce à traiter dans un bain aqueux contenant au moins un sel de diazonium conduit à un revêtement chimiquement greffé compatible avec les normes aéronautiques pour l’adhésion de peinture. Partant de ce savoir-faire, le projet a pour enjeu la mise au point d’un traitement générique de substitution au CrVI, par la formation d’un film organique, robuste et conférant à la surface métallique les propriétés de primaire d’adhésion (1er verrou) et d’anticorrosion (2ème verrou) sur la base de la technologie SEEP. Le projet MESTREL vise à rendre le procédé aisément industrialisable, donc peu coûteux, simple à mettre en œuvre (sans étape d’immersion) via un recours à des technologies de pulvérisation (3éme verrou). Ces trois axes seront menés en parallèle, avec pour objectif industriel la mise sur le marché de ces procédés.

 

* MESTREL : "MEtallic Surface TREatment Laboratory".

Contact CEA : Guy Deniau (NIMBE/LICSEN)

Fiche ANR du projet.

 

Maj : 14/11/2017 (2805)

 

Retour en haut