Photoionisation atomique en phase gazeuse
Photoionisation atomique en phase gazeuse

Photoionisation XUV+IR de He : Distributions angulaires (AD) des photoélectrons sous la raie latérale SB18 ("sideband") et la raie principale H19 ; l'angle est celui entre l’impulsion du photoélectron et la polarisation linéaire des champs XUV et IR (même polarisation). Les AD sont déterminées par l’interférence entre les voies d’ionisation dominantes (à 1, 2, ou 3 photons) indiquées sur les schémas en énergie. Les AD sont calculées à 1.2 1012 W/cm2 pour différents délais XUV/IR s'étendant de 0 à 10 unités de temps, en index sur chaque courbe (1 unité de temps est 4 unités atomiques = 96.756 as). Les moyennes des courbes calculées sont en trait plus épais ; elles se comparent bien avec les points expérimentaux, ce qui démontre l'effet de la phase attoseconde sur les distributions angulaires dans la PI.

Collaborations : A. Huetz et al., Laboratoire d'Interaction des X Avec la Matière, CNRS Université Paris-Sud (Orsay, France)

 

La photoionisation à deux couleurs XUV/IR des gaz rares a été étudiée dans des expériences dites "complètes", où toutes les impulsions des électrons et des ions issus du même événement d'ionisation sont simultanément mesurées (corrélations vectorielles), à l'aide d'un spectromètre imageur utilisé en mode de coïncidences (développé par le LIXAM). Dans la photoionisation simple (PI) de He, les distributions angulaires manifestent des interférences entre les voies d'ionisation [O. Guyétand et al., J. Phys. B 41, 051002 (2008)]. L'interférence dépend du retard, à l'échelle attoseconde, entre impulsions XUV et laser, comme le montrent les simulations sur la figure, en bon accord avec les points expérimentaux qui correspondent à une moyenne. Réciproquement, les distributions angulaires mesurées dans la PI peuvent servir à caractériser la phase spectrale des impulsions XUV - c.-à-d. la structure temporelle attoseconde -, à côté d'autres méthodes telles que RABBITT (voir Impulsions attosecondes).

 

 

Dans la double ionisation de Xe, les distributions angulaires à deux électrons reflètent des processus d'ionisation séquentiels et probablement non séquentiels [O. Guyétand et al., J. Phys. B 41, 065601 (2008)]. La démonstration qu'il est possible de mesurer des corrélations vectorielles, avec une source harmonique ayant un taux de répétition kilohertz, est une étape importante pour d'autres études de photoionisation en régime non linéaire. De plus, le contrôle précis de la phase spectrale/ ouvre la possibilité du contrôle cohérent, dont l'étude ci-dessus de la PI à deux couleurs de He donne un exemple de principe (simulations).

 

Maj : 11/10/2018 (1208)

Retour en haut